top of page

Retour de l'île d'YEU... en MOTS et en EMOTION



Le bateau de la COMPAGNIE VENDEENNE nous a ramenés hier soir au quai du petit port de Saint-Gilles, après 4 jours passés loin de tout sur cette île-bijou au charme si particulier et unique pour moi. J'ai eu un immense plaisir à partager (presque) tout ce que j'aime de cette île avec notre groupe, pour ce 3ème stage "CARNET DE VOYAGE" de la saison 2024.


Dans ce monde saturé d'images (auquel je participe parfois plus activement que de raison), j'ai décidé de prendre le temps de vous raconter l'histoire, avec mes MOTS et mes EMOTIONS, et sans autre photo.


"J’ai toujours été fascinée par les traversées en bateau, la terre vue de la mer, le chuintement du vent dans le haubans, les ports grouillants de vie, le son du ferry qui quitte le quai, tout se qui se rattache de près ou de loin aux îles du monde entier. Qu’elles soient proches ou lointaines importe peu, elles sont de la même famille : ont peut en faire le tour, elles ont une côte abritée et une autre battue par les vents, des approvisionnements à gérer, un nombre d’habitants à l'année, des richesses uniques et des espèces endémiques, une histoire, des criques et des phares."

(extrait de mon livre à venir "Mon carnet de voyage des îles")


C'est un peu une partie de mon histoire que je raconte à chaque fois que je prend un bateau pour quelque part, et pour l'île d'Yeu en particulier. J'y allais dès mon plus jeune âge par bateau (à voile) avec mon père et ma famille, et les souvenirs à la madeleine de Proust se bousculent dès le passage de la bouée de Pilours.


ARRIVEE SUR L'ILE ET DECOUVERTE DES PLAGES


Nous avons donc accosté à Port-Joinville à 10h30, pour nous diriger vers "La Roue Libre" où étaient réservés les vélos avec Patricia, Isabelle et Nadège (le reste du groupe nous rejoignant plus tard). Nous tombons nez-à-nez avec Gisèle et Géraud qui viennent de Montpellier pour le stage ! Puis direction Ker-Châlon où j'avais réservé une maison ilaise pour le WE. Notre installation faite, nous redescendons sur Port-Joinville pour quelques courses en commun.


Après un déjeuner sur le pouce, nous partons explorer la côte Nord-Est à l'abri des vents, et découvrir les jolies plages s'échelonnant entre Port-Joinville et la Pointe des Corbeaux, nous demandant d'où peuvent venir leurs noms étranges (Les petites Ovaires seraient une déformation des "Eaux vertes", par exemple).


De retour en fin d'après-midi, c'est la préparation collective du dîner du soir : le bonheur d'être plusieurs à la cuisine ! C'est à l'heure de l'apéro que nous rejoint notre dernier couple de participants, Cyrille et Sandrine. Voici le moment de faire connaissance et de parler du programme du week-end. Une belle première soirée ensemble à partager : étape essentielle d'un we réussi. Mais on me demande le programme ? Alors, comment dire...


OU POURQUOI JE NE VOUS DONNE PAS DE CIRCUIT DETAILLE


Qui dit île dit vent. Et météo difficilement prévisible... s'adapter est le meilleur atout du carnettiste, et c'est ce que j'aime ! J'ai bien entendu prévu un itinéraire, des incontournables, des idées pour les pauses déjeuner et tutti quanti ; c'est mon plan A, mais il faut bien un plan B et C, pour prendre en compte tous les paramètres (composition du groupe, aléas, chaleur vent froid ou pluie, vélos, baignades, temps de pause, carnet, aquarelle, rythme de chacun, etc....). Donc au-delà du plan initial et des repérages en amont, il faut de la souplesse ; c'est l'élément indispensable de la réussite du stage, en plus de la cohésion du groupe.


Pour ce WE : prévison de vents moyens à forts venant du Nord-Ouest : nous partirons donc vers le Port de la Meule pour redescendre en direction du phare des Corbeaux. Celà nous permettra d'éviter les vents de face qui peuvent être vite inconfortables à vélo.


PREMIER JOUR (SAMEDI) : DU PORT DE LA MEULE A LA POINTE DES CORBEAUX


Rendez-vous le matin à 9h45 pour le départ vers La Meule. C'est ici, dans ce décor si magique pour moi que commence l'aventure du carnet de voyage (les souvenirs d'enfance et le goût de l'Orangina à la pause vélo de l'après-midi à la terrasse de l'unique café de cette côte !).


Après quelques explications, nous nous campons devant les cabanes aux jolis petits noms pour notre première composition sur notre carnet en accordéon (que je fournis à tous les participants). Je relève les noms qui viendront agrémenter les carnets :


Le p'tit facteur, PEPONE, Ma Cocotte, TIMEO ou Gabrielle,

et plus mystérieux : Le MELA Homard, ChatDouFOUE, ou Karukera... La Mounette et les Epatés.


Nous grimpons ensuite pour le déjeuner pic-nique à la jolie chapelle qui surplombe le port : dédiée à Notre Dame de Bonne Nouvelle, la chapelle qui domine depuis 9 siècles le petit port de la Meule est, sans nul doute, l’un des plus anciens témoignages religieux encore présents de l’île. Elle a été édifiée au XIème siècle. A cette époque, on redoutait le passage à l’an Mil, qui annonçait la fin du monde... La Vierge est très importante pour les ilais car elle protège les marins en mer. Cette jolie petite chapelle blanche a un charme particulier dû à son emplacement avec vue à 360 ° et sa simplicité. Elle est comme une mariée qui attendrait son fiancé face à l'infini de l'océan.


Après l'incontournable pause café, nous repartons en direction de la plage des Vieilles, où nous peindrons un paysage. La mer y est turquoise et nous invite à une fraiche baignade... Puis la route, ou plutôt le chemin, continue vers le phare des Corbeaux qui est photographié pour être intégré plus tard dans le carnet. Il est en effet temps de partir à la recherche des "PATAGOS" (ou vénus) que j'ai promis de cuisiner ce soir.... à défaut d'en trouver à la poissonnerie, ce sera moules, crevettes grises et araignée de mer.


RECETTE DES PATAGOS : Lavez bien les coquillages à l'eau fraîche. Laissez-les tremper. Mettez-les dans une casserole. Chauffez jusqu'à ce que les coquillages s'ouvrent. Arrosez de vin blanc. Versez ensuite la crème fraîche. Ajoutez un mélange d'ail et de persil hachés. Mélangez-bien le tout. Servez immédiatement. C'est un délice...


DEUXIEME JOUR (DIMANCHE) : DU VIEUX CHATEAU A LA POINTE DU BUT


Le vent s'est calmé, nous pouvons prendre le circuit dans l'autre sens, ce qui nous permet de commencer la journée par le Vieux Château, un endroit également cher à mon cœur : c'est dans cette anse que j'ai fait mon baptême de plongée. Forteresse dressée sur un éperon rocheux entouré par la mer, le Vieux Château, construit à l’aube de la Guerre de Cent Ans, dût résister aux assauts répétés qui ont jalonné son histoire. Il fut également un refuge pour la population insulaire durant les nombreuses incursions, notamment anglaises. Il rappelle fortement le château inventé par HERGé dans "L'île noire".


Nous nous installons pour 'croquer' une partie du château, dans un calme propice à la rêverie, puis nous dirigeons vers la plage des Sabias, pour la pause du midi ; elle est surplombée de grosses roches qui m'inspirent pour une petite démonstration créative : peindre les rochers en couleurs et dans le mouillé, place à la créativité ! Une petite cabane est posée là pour le café, voilà qui est parfait (Gustav'café, présent de Mars à septembre).


La pointe du but est notre prochaine destination. Sauvage, cette pointe est réputée dangereuse et on y voit une batisse abritant une corne de brume qui a été rénovée récemment. Pour les carnettistes, ce sera l'occasion d'un petit défi : dessiner une composition rapide à partir de 3 éléments remarquables :

  • Une bouée de sauvetage orange

  • La balise des Chiens Perrins en mer

  • L'ancre d'un ancien bateau


L'exercice est réalisé haut la main ! Il nous reste une dernière escale à peindre : la vue de la dite pointe à partir de la cale à bateaux de l'anse des Broches. Puis ce sera le retour vers nos pénates avant l'heure du restaurant où nous pourrons déguster de bonnes spécialités : le bar remplacera les sardines, à La Cabane sur le Port.


TROISIEME JOUR (LUNDI) : PORT-JOINVILLE ET LA PLAGE DE KER-CHALON


De nombreux villages dans la partie nord-ouest de l'île ont un nom précédé du mot "Ker" : celui-ci viendrait du vieux mot poitevin 'Queri' ou 'Keri', qui servait à désigner l'espace réservé aux habitants pour venter le blé (Les grains de blé sont déposés dans le moulin à venter pour séparer le grain de l'enveloppe et trier en fonction de la grosseur des grains).


C'est le jour du départ ! Nous profitons du soleil matinal pour un moment de création sur la table de la terrasse : c'est l'occasion de fignoler les carnets, poser quelques couleurs, faire un point sur la matériel et parler également de l'écriture dans le carnet. Puis direction le Port où nous prendrons un dernier café ensemble car certains partent par le bateau de 14h. Quant à nous, nous irons mettre les pieds dans l'eau à Ker-Châlon, et peindre un dernier petit sujet sur notre carnet qui n'a presque plus de place.


Le départ est proche, le bateau de la compagnie vendéenne nous ramène à bon port à Saint-Gilles à 18h15, pleins de soleil, de moments amicaux et de couleurs sur la peau et dans la tête. Déjà des souvenirs, et l'envie de repartir... en attendant, ça me donne envie de :



PROLONGER AU RETOUR


"Il y a un retour, un 'après le voyage', un back-home, un état un peu hébété, qui dure… quelques jours au moins ! Le carnet de voyage c’est la joie de passer encore un peu de temps en douce compagnie, avec quelques couleurs à ajouter, quelques pages à compléter, et des sensations à vivre à nouveau.

Cela prolonge agréablement le voyage, et le lien perdure quelques semaines grâce à la créativité. Nous savons aujourd’hui à quel point il est essentiel de nourrir cette créativité, située dans notre hémisphère droit, et propice à augmenter notre sensation de bien-être ! 


Allier la pratique artistique au dépaysement procure une joie qui pétille dans les cellules pour un temps indéterminé, un peu comme une drogue douce dont il se pourrait bien que je sois devenue accroc… "

(extrait de mon livre à venir "Mon carnet de voyage des îles")


L’aventure artistique, c’est un mode de vie, et je n’ai pas fini de le découvrir !

Une merveilleuse expérience à vivre, que j'espère partager à nouveau en 2025, et il nous reste encore suffisamment de beaux endroits à explorer ! Mais ma préférence va indéniablement, vous l'avez compris, aux îles...


A bientôt alors, pour continuer ensemble cette belle aventure, avant tout, humaine,




Marielle Filaudeau, artiste peintre auteure

Le souffle créatif au fil de l'eau















Kommentarer


Posts à l'affiche

Posts Récents

Archives

Rechercher par Tags

Retrouvez-nous

  • Facebook Basic Square
bottom of page